NEL MEZZO

 

Ce récit tire son origine du passage de la Divine comédie où Dante s’égare dans une forêt obscure, métaphore du labyrinthe qu’est la vie pour l’homme. Peintures et sculptures nous emmènent dans un voyage intérieur sur notre humanité. Afin de faire face aux enjeux, désirs, craintes et croyances, tous relatifs aux relations que nous entretenons avec l’autre.

 

Copyright © Thomas Clémente

TRIBAL

 

Toute civilisation connaîtra son apogée.
Toute civilisation connaîtra sa chute.

Au Vanuatu, au sud de l’île de Pentecôte, la cérémonie du Nagôl, marque pour les jeunes hommes l’entrée dans l’âge adulte et exalte, pour les plus âgés, le pouvoir mature des guerriers.

Performance rituelle initiatique, elle consiste en un saut depuis le sommet du Nagôl: tour en bois dont la hauteur peut approcher la trentaine de mètres. Une simple liane, légèrement plus courte que la hauteur de la tour retient les chevilles des aspirants à la virilité.

Cette chute, délibérément provoquée et dont l’issue peut être autant victorieuse que fatale, marque ancestralement pour eux une étape sociale. À l’issue d’un processus de médiatisation colonialiste amorcé dans les années 50, le rituel est aujourd’hui étroitement lié à des enjeux politiques, économiques et touristiques.

En des temps troubles, au sein desquels la compression démographique encourage le tribalisme – repli égocentré de groupes sociaux présentant en leur sein une certaine homogénéité – Thomas Clémente plonge en ailleurs, en territoire autre (aussi bien géographique qu’idéologique).

À travers la référence à des rituels et symboles de tous ordres et origines, il questionne les soumissions primitivistes modernes: modes d’obédience à des instances supérieures, replis communautaires, préjugés égocentrés…

Syncrétisant l’universelle disparité des croyances, l’exposition TRIBAL encourage une appréhension globale du primitivisme contemporain. Ce faisant, elle engage à repenser les doctrines, qu’elles soient commerciales, religieuses ou culturelles, qui guident nos modalités d’être-au-monde (Dasein).

Avec TRIBAL, Thomas Clémente nous invite à prendre la hauteur pour éprouver, davantage que la perspective de la chute, la fragilité des liens qui nous lient au sommet.

Charlotte Boulc’h

 

Copyright © Thomas Clémente

LATCHAVE

 

La tchave est un terme d’argot lorrain qui signifie s’en aller. C’est également le titre choisi par Thomas Clémente, jeune artiste né à Metz et vivant depuis toujours dans un village alentour, pour sa première exposition personnelle.

Mêlant avec subtilité symboles antiques et codes visuels contemporains, LATCHAVE retrace une épopée contemporaine: celle d’un héros de l’ordinaire qui tente d’échapper au déterminisme social auquel le destine sa jeunesse passée en milieu rural.

Réunissant une multitude de médiums (peinture, dessin, photographie, installation, vidéo), l’exposition se déroule suivant 3 chapitres distincts, supposément chronologiques.

Chacun des 3 chapitres propose un récit initiatique autonome qui fait écho aux grands mythes fondateurs de la société occidentale. Bien que l’on devine aisément la genèse autobiographique de l’histoire, le protagoniste principal est toujours masqué: un héros lambda sans nom ni visage, confronté à de mystérieux rites de passages.

Avec la volonté de révéler l’extra dans l’ordinaire, Thomas Clémente élabore ici une liturgie toute personnelle qui emprunte ses référents aussi bien aux légendes Grecques qu’à l’iconographie des FPS (type de jeu vidéo à l’esthétique caractéristique fondée sur des combats en vision subjective).

Appel à l’insoumission contre la fatalité, l’exposition laisse entendre que l’émancipation pourrait résider dans la capacité à envisager sa vie comme une fiction. Ce protagoniste anonyme qui semble jouer à se croire invincible c’est Achille luttant contre le quotidien, son talon (noyau de sa vulnérabilité) incarné par l’ordre social imposé.

À travers la mise en œuvre de ce cheminement émancipatoire aux résonances universelles, l’exposition LATCHAVE nous rappelle fort à propos que l’essentiel n’est pas le chemin tracé pour tout un chacun mais la perspective de pouvoir, potentiellement, y déroger.

Charlotte Boulc’h

 

Copyright © Thomas Clémente

TRIBAL

 

TRIBAL cherche en nous ce qui demeure de primitif et questionne la valeur même de l’homme moderne. Les différents travaux tracent les chemins qui vont de l’instinct à l’intellect, de la culture à la nature.

 

Copyright © Thomas Clémente

CHAPITRE 3

 

En perte de repère au sein de la société, un individu va se faire éclairer par une taromancienne. À la suite de cette entrevue, il décide de partir vivre dans les bois. Le chapitre 3 met en avant l’idée qu’au contact de l’élément naturel, une personne peut se renouveler et se métamorphoser, prendre conscience de la nécessité de fondre toute action et toute éthique sur le rythme des éléments.

 

Copyright © Thomas Clémente

 

CHAPITRE 2

 

Dans un univers entre réalité et virtuel, le chapitre 2 nous plonge dans une quête, celle d’un être qui suite à la perte d’un proche décide de partir à la recherche de la pierre philosophale selon une méthode bien particulière afin de lui permettre de retrouver cette personne disparue.

 

Copyright © Thomas Clémente

CHAPITRE 1

 

Mêlant symboles antiques et codes visuels contemporains, le chapitre 1 retrace une épopée contemporaine: celle d’un héros de l’ordinaire qui tente d’échapper au déterminisme social auquel le destine sa jeunesse en milieu rural.

 

 

Copyright © Thomas Clémente