TRIBAL

 

Toute civilisation connaîtra son apogée.
Toute civilisation connaîtra sa chute.

Au Vanuatu, au sud de l’île de Pentecôte, la cérémonie du Nagôl, marque pour les jeunes hommes l’entrée dans l’âge adulte et exalte, pour les plus âgés, le pouvoir mature des guerriers.

Performance rituelle initiatique, elle consiste en un saut depuis le sommet du Nagôl: tour en bois dont la hauteur peut approcher la trentaine de mètres. Une simple liane, légèrement plus courte que la hauteur de la tour retient les chevilles des aspirants à la virilité.

Cette chute, délibérément provoquée et dont l’issue peut être autant victorieuse que fatale, marque ancestralement pour eux une étape sociale. À l’issue d’un processus de médiatisation colonialiste amorcé dans les années 50, le rituel est aujourd’hui étroitement lié à des enjeux politiques, économiques et touristiques.

En des temps troubles, au sein desquels la compression démographique encourage le tribalisme – repli égocentré de groupes sociaux présentant en leur sein une certaine homogénéité – Thomas Clémente plonge en ailleurs, en territoire autre (aussi bien géographique qu’idéologique).

À travers la référence à des rituels et symboles de tous ordres et origines, il questionne les soumissions primitivistes modernes: modes d’obédience à des instances supérieures, replis communautaires, préjugés égocentrés…

Syncrétisant l’universelle disparité des croyances, l’exposition TRIBAL encourage une appréhension globale du primitivisme contemporain. Ce faisant, elle engage à repenser les doctrines, qu’elles soient commerciales, religieuses ou culturelles, qui guident nos modalités d’être-au-monde (Dasein).

Avec TRIBAL, Thomas Clémente nous invite à prendre la hauteur pour éprouver, davantage que la perspective de la chute, la fragilité des liens qui nous lient au sommet.

Charlotte Boulc’h

 

Copyright © Thomas Clémente